Enquête-portrait des ingénieurs en 2015

Enquête-portrait des ingénieurs en 2015

2 juillet 2015 Non classé 0

L’IESF (société des Ingénieurs et Scientifiques de France) publie sa 26ème enquête nationale « Portrait des ingénieurs ».

Avec 55 000 répondants dans toute la France, cette enquête permet une analyse très précise de la situation des ingénieurs en 2015. Le constat : les ingénieurs exercent une profession recherchée et bénéficient d’un marché du travail dynamique et offrant de belles perspectives.

Un diplôme, de nombreuses perspectives

Le diplôme d’ingénieur offre des perspectives variées de parcours professionnels : fonctions, secteurs d’activité, localisation, les ingénieurs ont de belles opportunités.

Forts de leurs compétences, leur marché de l’emploi leur est très favorable tant pour les jeunes diplômés que pour les expérimentés avec un taux de chomâge de 2,5 à 3 fois inférieur à la moyenne nationale.

Un salaire median plus élevé que la moyenne des cadres

Le salaire median des ingénieurs en France est de 55 900 €, le salaire moyen de 67 800 € alors que le salaire median des cadres français en 2014 est de 48 000 €.

Cependant, ce sont les gros salaires qui connaissent une progression supérieure à l’inflation et on remarque que les ingénieurs les plus âgés ont bénéficié d’une meilleure progression que les moins de 45 ans.

Si la part des ingénieurs femmes a progressé (28 %), le salaire brut median d’une femme ingénieur reste inférieur à son homologue masculin (47 850 € vs 59 000 €).

L’expatriation des ingénieurs évolue peu avec 16 % d’entre eux travaillant à l’étranger mais 2015 enregistre une hausse des ingénieurs (de 33 à 41 %) n’envisageant pas de revenir travailler en France.

Nouvelles technologies, nouvelles organisations

Les nouvelles technologies ont modifié les conditions de travail en permettant travail à distance, mobilité, nomadisme… 

Ces nouvelles méthodes de travail sont perçues différemment en fonction de la place dans la hiérarchie.

Plus on a des responsabilité, plus on apprécie le sentiment de liberté offert par une meilleure gestion du temps de travail. C’est également le cas pour les postes à moindre responsabilité hiérarchique : l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle est facilité par le travail à distance.

Par contre, pour les postes appartenant à la hiérarchie intermédiaire, le sentiment d’asservissement est plus fort.

Les ingénieurs-entrepreneurs : les jeunes plus enclins à créer ou reprendre une entreprise

Avec seulement 4% de non-salariés, les ingénieurs ne sont pas les plus entreprenants.

Mais les plus jeunes ingénieurs sont mieux armés pendant leurs études à l’entreprenariat et sont plus nombreux à envisager la création ou la reprise d’une entreprise.

Et parmi ceux qui ont tenté l’entrepreunariat, le taux de satisfaction est plus élevé (85 %) que parmi les salariés (73 %). De quoi en motiver encore plus !

La synthèse de l’Enquête Nationale IESF est consultable ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *